Avis sur SemRush, l’espion que vous allez aimer (partie 2)

Précision préliminaire : en échange de la rédaction de cet article, nous avons bénéficié d’une remise commerciale. Cependant notre point de vue y est librement exposé et ce n’est qu’à cette condition que nous en avons accepté le principe.

Ce post est le second à ce sujet (vous pouvez retrouver l’article initial avis sur semrush (1ère partie). Le but de ce nouvel article est ici de présenter sur un exemple concret avec le site one-v[0]yance.com (je prends cet exemple car il est présent en adwords et en naturel (page 2 sur voyance, ce qui est déjà très fort). A priori ce site doit drainer un peu de trafic. Pourquoi la voyance ? C’est un secteur très concurrentiel, donc le SEM y a sa place, n’y voyez aucune polémique de ma part.

Buts du jeu :
1) estimer le trafic naturel
2) estimer le trafic adwords
3) trouver le top 10 des kw qui produisent du trafic pour ce site en SEO (= naturel)
4) trouver le top 10 des kw qui produisent du trafic pour ce site en SEA (= adwords)

Allez, on est parti, toujours sur fr.semrush.com, voici ce qu’on apprend :
1) trafic naturel (dit aussi organique) : le site a dû être lancé au second semestre 2010 (le nombre de visiteur décolle de zéro à ce moment). Ici l’outil n’est pas nécessairement d’une précision extrême : il se base sur ce qu’il voit dans les serps (pages de résultats de recherche) de Google. Un petit tour du côté du whois indique que le domaine a été réservé en avril 2010. C’est cohérent : entre le lancement et une présence effective dans les serps, il peut se passer quelques mois.
Bonne nouvelle pour lui, le trafic SEO se monte à 500 visites par mois, en croissance depuis le clash d’avril 2012 (on voit souvent ce genre d’accident depuis les mises à jours assassines de Panda et surtout Pingouin).

2) idem, l’outil indique une estimation à 5900 visites par mois en adwords, donc on a un site qui dépend beaucoup d’adwords. SemRush estime même le trafic à environ 2000 euros par mois (càd un cpc moyen de 0,35€, ce qui est crédible, voire même assez serré pour un tel budget)

3) top 10 des mots clés SEO
[image align=”center” lightbox=”true”]http://refeo.fr/wp-content/uploads/2012/11/top10-seo-one-voyance.com_.jpg[/image]

Ce qu’on apprend :
hormi la marque, et quelques expressions très précise dérivées de la marque (le nom de voyants), on a un gros pourvoyeur de trafic (le mot “voyance”). Il faut renforcer sa présence sur ce mot, chaque place gagnée c’est un trafic complémentaire fort. Après il faudrait aussi envisager d’aller plus loin dans la longue traîne.

4) top 10 des mots clés SEA
[image align=”center” lightbox=”true”]http://refeo.fr/wp-content/uploads/2012/11/top10-sea-one-voyance.com_.jpg[/image]

Ce qu’on apprend :
le site annonce sur plus de 1000 expressions, donc se veut très présent. On note des essais amusants comme le mot “voyage discount”, qui n’est peut-être pas intentionnel (un rapprochement abusif de Google en requête large ou sur une session qui parlait voyance)
Pareil, pour interpréter il faut bien connaître Google Adwords en effet, le mot wengo voyance peut n’être que le mot voyance acheté en large ou le mot wengo voyance volontairement acheté. On ne peut pas le savoir sans fouiller le compte annonceur… Donc pas de conclusion hâtive, le site ne cherche pas nécessairement à acheter le trafic de son concurrent (d’ailleurs c’est légal).

Follow

A propos de l'auteur

Je suis consultant indépendant en AdWords et SEO depuis plus de 10 ans. J'ai investi pour le compte de mes clients plus de 3 000 000 € de clics sur Google. Je suis auteur l'auteur du livre Trouvez des Clients avec AdWords. Bonne lecture !

(12) commentaire(s)

Répondre